AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (jordan & owen) ≈ running through the night.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
admin ~ big bad wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 01/08/2014
≈ MESSAGES : 66
≈ TES POINTS : 579
≈ AVATAR : uc
≈ CRÉDITS : uc
MessageSujet: (jordan & owen) ≈ running through the night.   Dim 19 Oct - 12:58

running through the nightJordan Parrish & Owen Cornan.
Quelques instants plus tôt, on avait reçu un appel au bureau du shérif, concernant des bruits étranges dans une vieille usine désaffectée de la ville. Certainement des jeunes qui s'amusaient dans ce lieu pourtant interdit au public. La nuit tombée, ils étaient amateurs de frissons en tout genre. Jordan Parrish avait été celui qu'on avait envoyé sur les lieux pour s'occuper de cette histoire. La vieille usine était laissé à l'abandon depuis des années, elle tombait en ruine et elle n'avait rien de rassurant. Rapidement, l'adjoint du shérif avait également entendu des bruits, des cris étouffés, des cognement métalliques, rien de bien rassurant. Pourtant, il avait continué à s'aventurer au sein de l'usine.

Un peu plus tôt en début de soirée, Owen avait également été attiré par la vieille usine. Professionnellement parlant puisqu'on parlait de la démolir pour construire un cinéma à la place et qu'on cherchait un architecte pour s'en charger. Par curiosité, il était entré à l'intérieur et lui aussi, il avait entendu ses bruits intriguant. S'enfonçant dans l'obscurité de la vieille bâtisse, il avait fini par glisser, se retrouvant dans un sous-sol peu rassurant, menant sur des tunnels inconnus à Beacon Hills et aucun moyen de remonter.

Jordan Parrish avait suivit les cri jusqu'à discerner un appel au secours, Owen qui essayait d'appeler pour qu'on vienne l'aider. Cependant, alors qu'il se penchait vers le trou, un coup de vent venu de nulle part - dans un bâtiment clos, s'était forcément suspect - le fit tomber à la renverse et à son tour, il se retrouvait coincé dans ce sous-sol menant dans d'inquiétant tunnels.

☆★☆ QUELQUES INFOS EN PLUS :
★ vos deux personnages sont coincés dans un sous-terrain, avec plein de tunnels, encore inconnus à ce jour. C'est un genre de labyrinthe humide et peu rassurant duquel vous devrait trouver la sortie.
☆ si vous avez besoin d'une intervention divine (intervention administrative en tout genre pour pimenter le rp) demandez le ici, ça peut permettre plus de surprises alors n'hésitez pas à sacrifier un peu de points, mais mettez vous d'accord avant x)
★ si vous avez des questions, vous pouvez également me les poser, en mpottant, Peter Hale :D:
☆ l'ordre de passage est le suivant : Jordan puis Owen.
© copyright : the dark moon, reproduction interdite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (jordan & owen) ≈ running through the night.   Dim 19 Oct - 18:49

Parrish, y'a un soucis à la vieille usine désaffectée, tu peux y jetter un coup d'oeil ? Le jeune homme lève la tête avec un air las sur le visage. Une nuit blanche à lire le bestiaire, ça n'aide pas à dormir. Entendu. J'amène mon arme, on sait jamais. Jordan se lève de son fauteuil afin de sortir du commissariat pour prendre sa voiture de service. Installé au volant, il démarre rapidement la voiture sans allumer les sirènes. L'usine était réputée pour accueillir des adolescents en mal de sensations fortes. Il ne s'agit pas de loups-garous, le jeune homme en est convaincu.

Dans un crissement de pneus, la voiture s'arrête derrière l'usine silencieuse. En apparence. L'endroit n'est pas excessivement rassurant mais l'adjoint 'y engouffre sans sourciller. Autour de lui, le bois craque et des cognements métalliques raisonnent en écho. Génial. Le jeune homme avance dans l'usine, sa lame de poche braquée en avant pour éclairer les environs. Alors qu'il observe les environs pour trouver âme qui vive, un appel à l'aide interpelle aussitôt son attention. Il se dirige rapidement en direction de la voix, reconnaissant bientôt le timbre doux d'Owen, son ex petit-ami. Jordan s'arrête avec justesse juste au dessus d'un trou béant, apercevant le blond malgré l'obscurité des lieux. Il utilise le rayon de lumière de sa lampe pour éclairer l'endroit avant de s'excuser lorsque la lueur aveugle le pauvre Owen. T'es là depuis combien de temps mon vieux ? Alors qu'un petit sourire sarcastique se glisse sur ses lèvres, un coup de vent inopportun lui fait fléchir les jambes. Il tombe à son tour dans le trou avant de s'écraser lamentablement contre le sol. Sa lampe de poche explose contre la pierre, inutilisable. Jordan se relève tant bien que mal et il se rapproche d'Owen pour vérifier ses blessures éventuelles. Rien de cassé ? Saleté de courant d'air. Il se demande d'ailleurs comment un homme de sa corpulence est capable de tomber suite à coup de vent. Il préfère ne pas se poser trop de questions. Putain c'est trop sombre ici. T'as pas une lampe de poche sur toi j'imagine ? La mienne est cassée. Contrairement aux loups, le jeune homme ne possède la faculté de voir dans le noir. Un talent qui est pourtant plus utile que de résister au feu.

Il reporte son attention sur Owen et il lui attrape la main pour ne pas le perdre de vue. J'ai appris ça à mon stage de spéléologie. On doit rester ensemble. Si sa voix est ferme, ses joues se colorent de rouge. Heureusement que l'obscurité dissimule sa gêne d'être aussi proche que son ex petit-ami après tout ce temps. Ses yeux s'habituent peu à peu au noir, assez pour qu'il distingue un tunnel. Je crois qu'on est dans une sorte de souterrain. Impossible de remonter par le trou, on va devoir explorer les tunnels. Un frisson lui caresse le dos. Il imagine déjà les créatures qui peuplent le sous-sol de Beacon Hills. Ça va aller. Il s'adresse à Owen mais il essaie surtout de se rassurer lui-même. Jordan commence à avancer dans le tunnel, la main du blond toujours serrée dans la sienne. Deuxième rencontre en si peu de temps, quelle coïncidence. Il éclate de rire malgré la situation plus que dramatique. Mon téléphone ne capte pas ici. Évidemment. Un parfait film d'horreur. Il se rappelle des films qu'il regardait avec Owen, à l'époque. Il se moquait souvent des héros décérébrés qui accumulaient les clichés du genre. S'avancer dans un tunnel inconnu avec son ex, quel superbe scénario.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 16/10/2014
≈ MESSAGES : 96
≈ TES POINTS : 392
≈ AVATAR : Sam Claflin
≈ CRÉDITS : soapflaws
MessageSujet: Re: (jordan & owen) ≈ running through the night.   Dim 19 Oct - 21:01

Owen n’aurait pas cru trouver un local à exploiter aussi rapidement à Beacon Hills, non du tout, et pourtant c’était ce qui lui était arrivé lorsqu’on lui avait indiqué qu’une vieille usine désaffectée était « libre » pour qu’on la remplace par un cinéma, c’était toujours mieux que de vieux locaux abandonnés et puis au moins Owen n’était pas dépaysé d’où il venait. C’est donc rapidement qu’il accepta de se rendre sur les lieux afin de remplir un petit dossier sur les travaux de rénovation qu’il y aurait à faire, mais aussi pour connaitre un peu les lieux et déterminer une date approximative de la durée des travaux.

Il venait d’arriver sur les lieux, il descend de sa voiture, ferme les portes de cette dernière et finalement il enfouit une main dans la poche de sa veste pour en sortir un briquet et un paquet de cigarettes. Glissant l’une d’elle entre ses lèvres il l’allume et tire une latte pour finalement la recracher et se mettre en marche vers la vieille usine. L’endroit en lui-même ne lui donnait pas confiance et en plus de faire assez sombre il avait l’impression d’entendre plusieurs bruits suspects tels que des hululements ou encore le bruit du vent. Refermant sa veste sur lui il termine très rapidement sa cigarette et il entre dans le bâtiment. Au début il regarde un peu partout, impressionné par la profondeur et la longueur du bâtiment puis il s’aventure un peu plus loin en entendant des bruits de plus en plus proches, suspects. Il pense que ça doit être quelques animaux sauvages, rien de bien grave puis au pire il a son portable sur lui, non ? Il vérifie ses poches et enfaîte non, son portable est resté dans sa voiture. Il marmonne quelques choses entre ses dents, pour lui-même, et fait demi-tour en direction de la voiture, mais alors qu’il s’apprête à reprendre son chemin, il glisse dans un trou qui le fait atterrir dans une sorte de sous-terrain d’autant plus inquiétant que les bruits qu’il avait précédemment entendus. Il se met alors à crier, espérant que quelqu’un passe par ici, mais finalement il renonce.

Seulement il entend des pas, des bruits de chaussures qui claque, il tente alors le tout pour le tout et il se met à crier à l’aide, après tout il ne peut rien faire d’autre d’ici-bas. Pour toute réponse il se prend un flash de lumière en pleine figure et tout en essayant de voir dans l’obscurité il reconnait le timbre de voix de son ex-ex petit-ami, Jordan :

- Jordan ? Dit-il comme la première fois qu’il l’avait rencontré. Je dois être là depuis un bon cinq minutes maintenant, j’ai glissé en voulant récupérer mon téléphone dans la voiture et me voici pris au piège. Il soupire légèrement et il regarde l’adjoint du mieux qu’il peut. Tu comptes me… Commence-t-il par dire alors qu’il voit d’un coup tombé le brundinet dans le même trou que lui, visiblement il n’est toujours pas aussi doué. T’es vraiment con, maintenant on est tous les deux coincés ici, comment t'as fait pour tomber ? Lui demande-t-il en glissant une main sur sa nuque, légèrement mal à l’aise. Eh bien non, comme dit précédemment j’étais sur la route pour venir prendre mon téléphone et j’ai glissé, donc nous allons devoir nous débrouiller sans lumière… Il sentit une boule se coincer dans sa gorge et il avale difficilement sa salive. On fait quoi maintenant ? Lui demande-t-il alors que pour toute réponse son ex-ex petit-ami se met à lui prendre la main. D’abord gêné, il resserre doucement l’emprise de ce dernier en hochant simplement la tête. J’te fais confiance, adjoint. Il le taquine légèrement, il l’a toujours fait alors pourquoi ne pas continuer ? Il examine à son tour le trou et acquiesce les paroles de son ami qui ne l’enchante guère. Malheureusement oui, tu n’as pas de radio sur toi ? Rien pour contacter le commissariat ? Il se met alors à avancer avec Jordan, ne lâchant pas sa main qu’il resserre un peu plus par la même occasion. Puis quand son ami lui avoue que son portable ne capte pas il pince ses lèvres et l’écoute dire quelle coïncidence que de se voir deux fois en si peu de temps. Peut-être que c’est le destin, qu’on doit rattraper le temps perdu dans un vieux sous-terrain pourri, j’sais pas moi. Lui confit-il alors qu’il continue de s’aventurer dans le sous-terrain, remarquant que plus ils avancent, plus l’air devient frais et humide. C’est pas toi qui te marrer des héros dans les films d’horreur à l’époque ? Là, c’est nous les héros et bizarrement je pense que ton jugement va vite changer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: (jordan & owen) ≈ running through the night.   Dim 19 Oct - 22:21

Lorsque Owen le traite de con, Jordan lui lance une petite moue boudeuse. Il vient le sauver et l'autre trouve encore le moyen de se plaindre. Je suis tombé à cause du vent. Il éclate de rire suite à cette déclaration. Tomber à cause du vent, c'est aussi nul que de mourir en avalant une cacahuètes de travers. Et pourtant, Parrish n'est plus le gringalet qu'il était à l'époque. La taille de ses biceps le prouve constamment. Quand le blond lui parle de sa radio, Jordan affiche un petit air fataliste. On a pas le budget pour acheter des radios à tout le monde, du coup on utilise nos téléphones. Sauf que dans les souterrains, ça fonctionne pas vraiment. Il hausse ses épaules en avançant au côté d'Owen. Il se sent bien avec lui, malgré l'obscurité omniprésente et l'humidité qui commence à envahir ses narines. Il déteste l'odeur du renfermé, il déteste les endroits sombres et surtout, il déteste perdre sa soirée à se promener dans un labyrinthe. Quand tu dis "rattraper le temps perdu", tu as quelque chose de particulier en tête ? Jordan lui adresse un petit clin d’œil -probablement dans le vide puisque les ténèbres enveloppent les deux hommes- sans lâcher la main de son ex. L'avantage, c'est que c'est toujours la blonde écervelée qui meurt au début du film. Il marque une pause avant d'éclater d'un rire tonitruant. Désolé pour toi, blondie.

Lorsque le tunnel se divise en deux, Jordan pousse un profond soupir. Ils disent quoi dans les films, déjà ? Qu'il faut tourner à droite ? Le jeune homme se décide à tourner dans cette direction lorsqu'un bruit se répercute en écho dans le tunnel de gauche. Okay, hors de question de s'attarder ici. C'est trop flippant. Il avance un peu plus rapidement, plus guidé par ses pieds que par ses yeux. Tu crois qu'il y'a des gens là-dessous ? Et quand il parle de gens, il parle surtout de monstres. Les gens normaux ne se promènent pas dans des souterrains de ce genre. Un courant d'air se propage soudain dans le tunnel et Parrish sursaute avant de serrer la main d'Owen encore plus fort. Il décide d'empoigner son arme avec sa main de libre tout en discutant avec le blond pour se changer les idées. Tu as retrouvé ton Ian, finalement ? Et une question indiscrète, une. Sans doute pas la première de la soirée. Mais si les deux hommes meurent ce soir -Jordan n'a jamais été réputé pour son optimisme légendaire- autant poser toutes les questions qui lui passent par la tête.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 16/10/2014
≈ MESSAGES : 96
≈ TES POINTS : 392
≈ AVATAR : Sam Claflin
≈ CRÉDITS : soapflaws
MessageSujet: Re: (jordan & owen) ≈ running through the night.   Lun 20 Oct - 19:29

Au début Owen s’était retenu de rire, mais finalement il se mit à éclater de rire avec son ami : tomber à cause du vent, lui, c’était hi-la-rant. Il regarde alors son ami, au moins maintenant ils sont deux, mais bon d’un côté Owen en veut à Jordan d’avoir était autant imprudent, il aurait pu faire plus attention quand même. Il n’avait pas pensé que le commissariat n’était pas aussi « riche » que ça, après tout tous les flics ne possédaient pas de radio sur eux dans les films :

- Excuse-moi, je ne savais pas. Dit-il dans une petite moue, il n’ajoute rien de plus et se contente d’avancer aux côtés de son ami. Bizarrement il ne se sent pas mal à l’aise, au contraire il se sent bien à ses côtés, ça peut paraître étrange, mais bon il s’en fiche. Il regarde alors l’adjoint et il comprend tout de suite où il souhaite en venir. Pas comme ça, idiot, tu ne changes pas avec le temps toi. Lui dit-il dans un petit sourire suivi d’un léger rire. Lorsque son ex-ex lui dit que dans les films c’est toujours la blonde écervelée qui meurt en premier, il lui donne un léger coup dans l’épaule, faussement vexé. Connard. Je ne suis pas écervelé déjà, et puis je suis mi-blond, mi-brun, alors ça pourrait aussi bien être toi. Il fait genre de dégager sa main de celle de l’adjoint, mais en entendant un bruit louche au loin il resserre ses doigts autour de ceux de son ex-ex. Tu le seras moins quand je te jetterai dans les bras du psychopathe des souterrains. J’appellerais tes collègues une fois revenues à la surface, ne t’inquiète pas. Il sourit alors grandement, même si cela ne devait pas se voir, insinuant qu’il se foutait complètement de son ami.

Finalement ils arrivèrent à un endroit où il fallait choisir la droite ou la gauche, dans les films d’horreur c’était toujours droite, et c’était ce qu’avait choisi son ami. Le suivant alors il resserre sa main un peu plus fort, ayant légèrement peur. Désolé. S’excuse-t-il alors qu’il continue de suivre le mouvement de l’adjoint, sans lui il se serait déjà mis à courir un peu n’importe où. Sincèrement, je n’en sais rien. Qui pourrait trouver intéressant le fait de visiter des souterrains en pleine soirée ? À part des débiles mentaux ou psychopathes ? Il pince ses lèvres et finalement ajoute. On risque peut-être de tomber sur un patient de Eichen House, le truc psychiatrique là. J’ai peur d’un coup. Confit-il à son ami, peu rassuré par le vent subvenant d’un coup. Lentement il presse la main de son ami au même moment que lui et en regardant son interlocuteur sortir son arme, il glisse. Tu dois être sexy là, avec ton arme, ton visage du mec qui fait genre qu’il n’a pas peur alors qu’il flippe comme pas possible. Il rit légèrement avant de ne s’arrêter net à la question de son ex-ex. Je… Commence-t-il, un peu honteux de ce qu’il s’apprête à dire. J’ai pris une chambre juste à l’étage au-dessus de sa chambre, je n’ose pas aller le voir, je ne sais pas quoi lui dire. Il continue d’avancer cependant, ajoutant. Tu veux que je lui dise quoi ? « Hey, salut Ian, c’est moi Owen, ton ex, pourquoi t’es parti sans rien me dire et que tu vis dans un hôtel depuis quelques semaines ? » C’est pathétique, je suis pathétique. Il soupire légèrement, baissant le regard. Une fois qu’il le relève, il pousse l’adjoint contre le mur en posant sa main sur sa bouche, murmurant alors. J’ai cru apercevoir quelque chose par là, ça avait des yeux jaunes et, et… Il regarde son ami droit dans les yeux, retirant sa main en remarquant qu’il est complètement collé contre ce dernier. Il rougit alors sans rien ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (jordan & owen) ≈ running through the night.   

Revenir en haut Aller en bas
 

(jordan & owen) ≈ running through the night.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» HEROES OF THE DC UNIVERSE: BLACKEST NIGHT: GREEN LANTERN HAL JORDAN
» HEROES OF THE DC UNIVERSE: BLACKEST NIGHT: LARFLEEZE THE ORANGE LANTERN
» [Jordan, Robert] La Roue du Temps - tome 7: La montée des orages
» 10/08/2009 - Clermont Ferrand - Cosplay à la "TOKYO NIGHT"
» [ANIME] Senkou no Night Raid
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DARK MOON :: BEACON HILLS :: South Beacon Hills-
Sauter vers: