AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (ian & drathir) ≈ it's not the moon that divides us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
admin ~ big bad wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 01/08/2014
≈ MESSAGES : 66
≈ TES POINTS : 579
≈ AVATAR : uc
≈ CRÉDITS : uc
MessageSujet: (ian & drathir) ≈ it's not the moon that divides us   Dim 19 Oct - 12:41

It's not the moon that divides usIan Bennett & Drathir Linath.
Cette nuit c'était la pleine lune, une lune qui pouvait aisément faire des ravages dans la vie de certains. Ian en avait conscience. Sujet aux effets de cette fameuse lune, il avait choisi de se rendre dans un lieu isolé, quelque part où personne ne venait jamais, quelque part ou il pensait qu'il pourrait passer cette nuit sans prendre le moindre risque. Enfermé dans l’entrepôt abandonné, il était monté dans un vieux wagon qu'il avait rapidement fermé pour ne pas être dérangé.

Drathir avait traqué quelqu'un jusque dans ce même entrepôt. Depuis plusieurs jours maintenant, elle cherchait une sorcière assez étrange, probablement une nécromancienne à en juger la noirceur de sa magie. D'une façon ou d'une autre, il fallait se débarrasser de cette chose, elle l'avait suivie un moment avant d'arriver vers les vieux wagon, un train abandonné, dans lequel elle s’avançait avec prudence, mais prise à son propre piège, il semblait bien que la magie verrouillait à présent chacune des porte des différents wagon.

☆★☆ QUELQUES INFOS EN PLUS :
★ vos deux personnages sont coincés dans un vieux train abandonné, plusieurs wagons, assez long, bref, assez vaste bien qu’étroit. C'est la pleine lune, alors les choses sont forcément compliquées pour Ian, d'autant plus que Drathir est une chasseuse, cependant, malgré les différents entre vos personnages, l'entraide est un bon moyen de s'en sortir.
☆ si vous avez besoin d'une intervention divine (intervention administrative en tout genre pour pimenter le rp) demandez le ici, ça peut permettre plus de surprises alors n'hésitez pas à sacrifier un peu de points, mais mettez vous d'accord avant x)
★ si vous avez des questions, vous pouvez également me les poser, en mpottant, Peter Hale  :D:  
☆ l'ordre de passage est le suivant : Ian puis Drathir.
© copyright : the dark moon, reproduction interdite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 05/10/2014
≈ MESSAGES : 56
≈ TES POINTS : 112
≈ AVATAR : jack falahee
≈ CRÉDITS : sweet nothing
MessageSujet: Re: (ian & drathir) ≈ it's not the moon that divides us   Dim 19 Oct - 19:00

Ian avança péniblement vers le vieil entrepôt servant d'endroit de stockage pour les vieux trains que Jacob lui avait indiqué après que Ian lui avait avoué n'avoir aucune idée de là où il pouvait aller si jamais la pleine lune se levait avant qu'il ait pu mettre un terme sa malédiction. Ca ne payait certes pas de mine, mais le jeune homme était persuadé que cela le retiendrait, il fallait que ça le retienne, il ne tenait pas à tuer des gens qui n'avaient rien demandé. Il entra dans l'entrepôt et avisa un long train qui le traversait de part en part. Il poussa un soupir et s'avança vers lui lorsqu'une douleur le plia en deux et le fit tomber à genou. Il ferma les yeux alors que la transformation commençait. Il sentait le pouvoir de la lune sur lui, son influence sur son corps, le loup prenant petit à petit le pas sur l'homme et sa conscience. Grognant, Ian se força à se mettre debout et reprit sa marche vers le train, entrant dans le premier wagon qu'il trouva et s'enferma à l'intérieur. Il referma la porte, et en brisa la poignée, espérant que cela l'empêcherait de sortir, même s'il n'était pas convaincu plus que cela. Se tenant l'abdomen, il s'avança jusqu'au milieu du wagon avant de se laisser tomber sur une des banquettes dont la mousse sortait par endroit. Il fit basculer sa tête en arrière et soupira. Jacob lui avait donné quelques techniques pour retarder l'inévitable, contrôler sa respiration en était une. Il se força à expirer et inspirer doucement et longuement et sentit après quelques minutes les effets bénéfiques de cet exercice. L'influence de la lune se faisait toujours sentir mais le loup semblait avoir perdu du terrain. Ian rouvrit les yeux et passa une main sur son visage. Il n'avait pas eu le temps de prévenir Matei, il avait sentit la transformation commencer alors qu'il quittait Jacob et n'avait pas voulu prendre le risque de rejoindre l'hôtel pour lui annoncer. Il espérait également que le brun s'en sortait mieux que lui dans le cas présent, qu'il avait pu trouver un endroit où se terrer en attendant que la pleine lune ne passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 16/10/2014
≈ MESSAGES : 254
≈ TES POINTS : 424
≈ AVATAR : Katheryn Winnick
≈ CRÉDITS : avatar (c) Fassylover / gif (c) tumblr
MessageSujet: Re: (ian & drathir) ≈ it's not the moon that divides us   Dim 19 Oct - 21:00


it's not the moon that divides us.
Couché le chien. Gentil le chien.

Les sorcières. Drathir était plutôt mitigée les concernant, estimant que cette envie qu'elles avaient de préserver l'équilibre semblait plutôt être une bonne chose. Toutefois ce n’était pas une sorcière qu’elle traquait aujourd’hui, tout du moins pas une de celles qui tenait à cet équilibre. La magie qu’elle avait guetté et observé jusque-là était clairement malfaisante, mauvaise, sans parler de ces cadavres que l’on retrouvait, sortis de la tombe. Les citoyens les plus simples pensaient qu’un psychopathe se permettait de déranger les morts, par vengeance ou bien peut-être étais ce là un nécrophile, dans tous les cas des rumeurs glauques couraient à ce sujet mais pour la chasseuse on était loin de la vérité. Pour elle il s’agissait des tentatives d’un nécromancien, ou plutôt une nécromancienne d’après ses dernières découvertes, encore incapable de réveiller les mots ce qui ne l’empêchait pas toutefois d’essayer.  Ce fut pour toutes ces raisons que la blonde se trouvait désormais à errer à l’intérieur de l’entrepôt ferroviaire, lorgnant avec suspicion les divers wagons qui s’offraient à elle. Ses deux pistolets arbalètes en main, la chasseuse avait traqué sa proie jusqu’ici, décidée à lui retirer toute échappatoire. Elle ne laissait jamais ses victimes s’enfuir, jamais. Elle n’était de toute manière pas vraiment connue pour sa pitié, et ce depuis des années maintenant. Ce fut donc en se montrant particulièrement prudente, mais déterminée, qu’elle se hissa à l’intérieur de l’un des wagons, enhardie par le bruit qui semblait provenir de l’intérieur. Elle s’attendait à y trouver la nécromancienne, cette dernière devait se penser à l’abri pour se permettre ce boucan, certes passager. Quoi qu’il en soit Drathir s’était donc permis de rentrer à l’intérieur d’un des wagons et le longea jusqu’au bout, arrivant ainsi face à la porte qui menait au second. Ayant les mains prise et raffolant de toute manière des entrées théâtrales, la chasseuse donna un violent coup de pied dans la porte, la faisant s’ouvrir sur le champ et dévoilant ainsi l’autre pièce. Assurée, la donzelle s’attendait déjà à trouver sa sorcière ô combien maléfique si bien que son arbalète était déjà pointée en avant, elle ne parvint à se retenir de tirer que grâce à un prodigieux réflexe, lorsque son regard capta la silhouette d’un jeune homme assis sur la banquette du wagon. Un homme. Il ne s’agissait donc pas de sa nécromancienne. Un homme. Elle était à deux doigts de le buter, sans le faire exprès, une bourde qu’elle aurait jugé tellement honteuse qu’elle se serait suicidée tout de suite après. Mais elle n’avait rien fait, et faisait désormais face à un parfait inconnu, deux arbalètes en main, des couteaux dont on voyait le manche à hauteur de sa ceinture, à peine masqués par sa veste de cuir, si bien que l’on devinait la forme des lames sous son jean.

Ok. Très bien. Elle avait genre deux secondes pour réussir à trouver une excuse crédible pour justifier la présence de toutes ces armes sur elle, du regard assassin qu’elle avait porté sur lui avant de comprendre son erreur, le tout à une heure aussi tardive. Encore que, pour l’heure tardive il ne pouvait rien dire : aucune personne saine d’esprit ne venait squatter des wagons abandonnés à une heure pareille sans une bonne raison. Toutefois, ce fut d’instinct que Drathir s’expliqua dans un haussement d’épaules, abaissant ses armes sans les lâcher pour autant, sortant son excuse le plus naturellement du monde : « C’est des jouets, type paintball, destinés à effrayer les pervers. C’est une méthode plutôt efficace. Pour la qualité du mensonge, on repassera, même s’il fallait admettre qu’elle avait au moins le mérite d’être vachement convaincante dans son expression et sa manière de formuler les choses. Elle en serait presque crédible, si ses armes n’étaient pas aussi nombreuses et ne semblaient pas aussi meurtrières. Pour l’heure toutefois, pensant presque que cela suffirait à apaiser les potentielles crainte de son interlocuteur, la chasseuse se permit de l’observer de haut en bas, ne pouvant s’empêcher de le jauger avec curiosité. Elle analysait tout, la moindre expression, le moindre tic, tentant de faire un lien entre les vêtements qu’il portait et sa présence ici, absolument tout. C’est pas pour rien qu’elle raffole des séries sur Sherlock Holmes ou qu’elle est psychologue ceci dit. Au final, ce qui retient vraiment son intention c’est l’état de pure fatigue qui semblait saisir le brun. Elle avait l’impression qu’il était en train de faire des efforts, intenses, et d’instinct son regard se leva vers le plafond, non pas tant parce qu’elle s’intéressait à celui-ci mais plutôt parce qu’elle songeait à la pleine lune qui trônait loin au-dessus d’eux. Elle avait était trop entreprenante, trop arrogante, pour oser traquer une nécromancienne jusqu’ici, de nuit, alors que tous les loups du coin étaient en train de péter un câble. Trop absorbée par son envie d’achever cette connasse de sorcière, elle en avait oublié le reste, il s’agissait là d’une véritable erreur de débutant qui lui arracha une grimace tandis qu’elle reposait ses prunelles d’émeraude dans celles du jeune homme face à elle. Voulant se reprendre, la chasseuse en vint à penser qu’il n’était peut-être pas un loup après tout. Bon il ne semblait pas être un sans-abri non plus mais peut-être vendait-il de la drogue, en plus de la consommer vu la tête qu’il tirait. Elle ne pouvait pas juste tirer à vue, pas comme ça, pas à cause d’un foutu soupçon ou d’une sale coïncidence, auquel cas elle aurait déjà buté les trois quarts de la population de Beacon Hills. Or, si elle n’hésitait pas à tuer toute créature surnaturelle, elle ne supporterait pas d’avoir le sang d’un véritable innocent sur les mains. Ce fut pour cela que, dans le doute, elle préféra essayer d’en apprendre plus, fronçant les sourcils tout en commentant à voix haute. Toi t’as vraiment une sale gueule ceci dit. Tu veux pas que je t’emmène voir un médecin plutôt que de rester ici ? »

En quelques mots elle espérait ainsi être fixée. Un loup garou en pleine crise avait déjà de fortes chances de péter un câble en voyant ses arbalètes, il refuserait également de voir quiconque étant donné que cela reviendrait à prendre le risque de tuer quelqu’un, or s’il se cachait ici, c’était probablement parce qu’il refusait de faire du mal à quiconque. C’est dans ces moments là où la blonde repense à tout ce qu’on pouvait lui dire concernant sa manière de procéder. Si ce mec était vraiment un loup, ou une autre bestiole du genre, il avait juste eu la malchance de se faire mordre, et il devait gérer au mieux des pulsions meurtrières désormais. Chose qu’il parvenait à faire. Et elle, elle le buterait, comme ça, juste pour le danger qu’il représente, juste par précaution. C’était franchement dégueulasse et dans d’autres circonstances elle se serait peut-être elle-même dégoûtée. Toutefois Drathir avait appris à mettre ses remords de côté, préférant se dire qu’elle préservait une population incapable de se défendre contre ce genre de créatures sanguinaires. Encore que, si le jeune homme face à elle daignait lui dire qui l’avait mordu, si elle parvenait ainsi à obtenir l’identité d’un alpha, peut-être le laisserait-elle en paix. Pour un temps du moins. Mais pour l’heure elle attendait une réponse, ne pouvant rien faire tant qu’elle n’était pas fixée. Cela ne l’empêche pas de détourner brièvement le regard afin de fixer la porte du wagon donnant sur l’extérieur, porte dont la poignée était foutue. Outre le fait que cela la conforte dans ses hypothèses de loup tentant de se cacher du monde, cela l’incite également à reculer d’un pas ou deux, le plus discrètement possible, afin de se rapprocher de la porte qu’elle-même avait défoncée. Quitte à devoir potentiellement courir, autant prendre de l’avance.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 05/10/2014
≈ MESSAGES : 56
≈ TES POINTS : 112
≈ AVATAR : jack falahee
≈ CRÉDITS : sweet nothing
MessageSujet: Re: (ian & drathir) ≈ it's not the moon that divides us   Jeu 23 Oct - 19:07

Ian fut interrompu dans ses pensées lorsque la porte du wagon devant lui s'ouvrit avec grand fracas. Son premier instinct fut de relever la tête avant de croiser le regard d'une jeune femme blonde qui tenait une arbalète dans ses mains, et qui le visa avant de baisser son arme. Ian la détailla du regard, pas le genre de demoiselle en détresse, c'était bien sa veine. Il fronça des sourcils à son explication, leur jetant un second coup d'oeil. De là où il était ça avait plutôt l'air d'être le vrai truc que des jeux factices. Et il en avait vu des couteaux et autres armes du genre dans sa carrière. Il sentit alors le loup se réveiller en lui, sous le coup de l'adrénaline, il avait un temps oublié que ce n'était pas le moment pour lui de faire des rencontres. Il se plia un peu en deux et se mordit la lèvre pour ne pas gémir de douleur. Il fallait qu'il se concentre, qu'il se contienne. La jeune femme partirait sans doute, enfin du moins c'était ce qu'il espérait, il ne faisait pas confiance à sa voix pour le lui demander. D'autant que quelqu'un qui se baladait avec autant d'armes n'allait sûrement pas le laisser tranquille juste parce qu'il le lui demandait. Il releva son regard à sa question et secoua la tête frénétiquement. Il ne préférait pas imaginer ce à quoi il devait ressembler. A dormir une poignée d'heure par nuit, il était sûr qu'il avait perdu de sa superbe, et le fait que sa transformation approche de minute en minute n'aidait en rien. "Non non...ça va...ça va aller...t'en fais pas." arriva t'il à dire, sa voix rendue rauque. Il ferma les yeux et se concentra sur sa respiration, tenant le loup encore éloigné de lui. Il avait l'impression que la blonde en savait plus qu'elle n'en laissait paraître, et que s'il avait le malheur de se transformer, il ne lui ferait pas grand chose, excepté se faire trouer la peau par une flèche. Il remarqua qu'elle prit deux pas en arrière et posa ses mains sur la banquette devant lui pour se lever, péniblement. Il était en sueur. "Ecoutes, j'ai vraiment besoin d'être seul là...tu veux pas...tu veux pas aller voir dans un autre wagon si j'y suis ?" demanda t'il alors que ses ongles se transformaient en griffes qui pénétrèrent dans la mousse de la banquette devant lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 16/10/2014
≈ MESSAGES : 254
≈ TES POINTS : 424
≈ AVATAR : Katheryn Winnick
≈ CRÉDITS : avatar (c) Fassylover / gif (c) tumblr
MessageSujet: Re: (ian & drathir) ≈ it's not the moon that divides us   Jeu 23 Oct - 20:48


it's not the moon that divides us.
Couché le chien. Gentil le chien.

Drathir fut presque surprise de constater que son interlocuteur, bien que pressé de jeter un nouveau coup d’œil aux armes qu’elle possédait, ne fut pas pris d’un élan de panique. Si au début elle en vint à penser qu’il devait être particulièrement naïf, la sueur qui perlait sur la peau du jeune homme, ses traits exprimant une concentration et une douleur perceptibles, lui firent finalement penser qu’il n’était qu’un loup-garou en proie à une crise. C’était typique, avec la pleine lune, et la blonde s’en voulut un moment pour ne pas avoir pris en compte ce détail ô combien important. Pourtant, en tant que créature, il devrait se douter qu’elle était une chasseuse, au vu de son équipement. Il devrait savoir qu’elle ne vivait que pour tuer les gens de son espèce, encore que, d’après le code qu’elle était censée respecter, peut-être ne risquait-il rien, peut-être n’avait-il jamais blessé ou tué qui que ce soit. Quoi qu’il en soit ce fut l’envie d’en savoir plus, ce besoin irréprésible qu’elle avait de connaître ses interlocuteurs et surtout ses adversaires, qui l’incitèrent à le questionner subtilement, la blonde demandant ainsi s’il ne voulait pas qu’elle l’emmène voir un médecin, au vu de la sale gueule qu’il tirait. Le concerné leva de nouveau les yeux vers elle et la chasseuse y lut toute la difficulté qu’il éprouvait à rester calme, malgré les effets de la lune sur lui. Elle détestait ces instants. Elle détestait donner du temps à ses victimes, pour pouvoir constater qu’ils n’étaient que des humains ayant manqué de chance, qu’ils tenaient à la vie, qu’ils n’avaient pas mérité la morsure et méritaient encore moins qu’elle ne les tue de sang-froid comme elle le faisait si souvent. Elle détestait croiser le regard encore plein de vie de ces créatures, plus particulièrement ce regard que le jeune homme lui jetait, témoignant des sentiments de noblesse qui l’habitaient, témoignant de sa volonté de rester humain, de ne pas blesser qui que ce soit. Car il ne voulait pas faire de mal, si elle l’avait supposé, Drathir en avait désormais la preuve quand le brun lui assura d’une voix rauque qu’il allait bien. T’en fais pas. Elle devait avoir l’air d’une véritable psychopathe avec ses arbalètes et ses couteaux, elle n’avait pas non plus été particulièrement avenante dans ses propos malgré son intérêt pour l’état du jeune homme, mais ce dernier voulait la rassurer. Adorable au possible, trop concentré pour être effrayé ou se soucier de sa propre sécurité, sa première pensée fut pour elle. Elle ne devait pas s’inquiéter pour lui. La chasseuse en serra les poings sur ses armes, à s’en faire blanchir les phalanges, retenant un grondement colérique qui n’aurait fait qu’accélérer la transformation de son interlocuteur. Elle détestait sa vie. Elle se maudissait d’avance, de devoir le tuer.

Ces meurtres sonnaient presque comme une obligation dans son esprit désormais. La jeune femme avait oublié depuis plusieurs années déjà le sens du mot pitié, elle avait oublié ce que cela faisait d’épargner quand on le pouvait, ce que cela faisait de ne pas tuer, juste pour une fois. Et lorsqu’elle envisageait la possibilité de ne pas faire de victimes, pour une fois, elle s’en voulait presque aussitôt. Elle ne pouvait pas épargner, ne craignant que trop le sentiment de faiblesse qui en découlait. Elle ne voulait pas être faible, ou souffrir de nouveau à cause de toutes ces créatures qu’elle chassait avec tant d’ardeur. Ils lui avaient trop pris pour qu’elle ne songe une seule seconde d’en laisser un en vie, la peur d’apprendre que cette vie sauve viendrait par la suite lui voler quelque chose de précieux l’empêchait de faire preuve d’empathie ou de gentillesse. Drathir n’eut toutefois pas le plaisir de se plonger plus longuement dans ses pensées car, dans un sursaut instinctif, elle s’intéressa de nouveau à son interlocuteur quand ce dernier se leva péniblement prenant appui sur la banquette devant lui pour cela. Réagissant de concert, la jeune femme n’avait pu s’empêcher de redresser l’une de ses arbalètes, pointant ainsi un carreau en direction de ce futur loup en furie. Sa proximité avec la porte du wagon suivant ne la rassurait pas le moins du monde et elle voulait être prête à tirer au moindre signe qu’elle jugerait suspect. Et dieu sait qu’il y en avait beaucoup, des signes du genre, à ses yeux. Pourtant il ne se montre pas agressif, se contentant de lui proposer difficilement d’aller voir ailleurs s’il y était, désireux de rester seul. Encore une fois, malgré le danger qu’elle représentait, il voulait la préserver, d’autant plus que ses ongles devenaient déjà griffes. Cette noblesse d’âme lui saute au visage, lui retourne les entrailles. Ça la fout mal, clairement. Et ça l’énerve de se mettre dans des états pareils, ça la bouffe de constater qu’il ne se méfie pas, à moins qu’il ne soit juste aussi ignorant qu’un enfant, ignorant de toutes ces choses-là. Cela était le plus probable après tout, il était incapable de se contrôler ce qui témoignait du fait qu’il avait été sûrement mordu il y a peu de temps. Il était peut-être seul.

Il était cependant certain que la jeune femme n’irait pas lui expliquer les détails de sa condition de loup. Le manque de réactions flagrant de la part de son interlocuteur l’incita cependant à froncer les sourcils et à évoquer plutôt sa condition à elle, d’une voix on ne peut plus sérieuse. « Tu sais pas grand-chose, je me trompe ? Tu pourrais me pister à travers toute la ville si tu voulais, t’imagines bien que changer de wagon n’assurera pas vraiment ma sécurité du coup. Ceci dit je pourrais te tuer. C’est ce que je fais de mieux, la plupart des chasseurs ne s’abaissent pas à tuer des loups n’ayant jamais fait de mal, mais moi je me soucie pas trop de ce genre de détails. Elle ne sait pas trop ce qui la pousse à lui dire tout ça. Peut-être que ça l’agaçait de tomber sur une créature qui ignorait même qu’elle risquait fortement d’y passer, peut-être que ça l’énervait de ne pas être prise au sérieux. A moins encore que ces informations représentent la seule aide qu’elle daignera lui fournir, le seul indice qu’il obtiendra d’elle. Ou bien peut-être désirait-elle seulement qu’il sache à qui il avait à faire, qu’il prenne conscience de sa nature à elle, pour mieux apprécier les propos qu’elle lui offrit par la suite : Mais t’as de la chance, j’ai d’autres chats à fouetter ce soir. J’imagine que t’as pas vu une nana passer dans le coin ? Avec un peu de bol il a peut-être croisé cette nécromancienne qu’elle pourchassait avec tant de hargne. Cette même nécromancienne qui, de par son importance aux yeux de la chasseuse, venait par conséquent de lui sauver la vie. Drathir ne se l’avouera jamais, mais au fond elle était soulagée de se savoir trop occupée à chasser une sorcière malfaisante pour prendre la peine de tuer ce jeune loup. Parce que lorsque les yeux innocents de son interlocuteur ne la fixaient pas, c’était ses paroles soucieuses qui revenaient en boucle dans son esprit, rappelant à quel point elle était une véritable garce, à quel point elle détestait cette vie qu’elle menait malgré le fait qu’elle s’y donnait désormais corps et âme. Quoi qu’il en soit, ce fut donc en rassurant le brun sur son sort qu’elle se détourna de lui, quittant le wagon à reculons, sur un dernier clin d’œil narquois. Méfiante malgré l’attente presque nonchalante qu’elle semblait arborer désormais, elle ne le quitte pas des yeux tandis qu’elle reculait jusqu’au wagon précédent et, plus précisément, jusqu’à la porte donnant sur l’extérieur. Sa main se referme sur la poignée, celle-ci s’abaisse… Mais rien. Fronçant les sourcils, les prunelles d’émeraudes de la donzelle se plantent sur cette poignée capricieuse mais elle a beau la secouer dans tous les sens, elle ne s’ouvre plus. Putain elle a pas osé quand même… L’insulte lui avait échappé, dans un souffle rageur, avant qu’elle ne donne un violent coup d’épaule dans la porte, suivit d’un coup de pied de la même envergure. Mais rien ne fonctionne. Il n’en fallut pas plus pour qu’elle se mette à pester à voix haute, un éclat rageur au fond des yeux. Mais quelle salope ! Je vais la buter. Je sors, je la retrouve et je lui fais passer un sale quart d’heure. »

Il était désormais clair que les wagons étaient sous l’emprise de la magie. Fonçant à l’autre bout du wagon, elle tenta de déverrouiller l’accès qui menait à la cabine suivante mais la porte était également bloquée. Apparemment sa nécromancienne avait bien conscience du fait qu’un loup en pleine crise se trouvait ici et probablement avait-elle espéré qu’ils s’entretuent. Les deux wagons qu’ils occupaient avaient un accès direct entre eux, mais impossible d’aller plus loin ou de quitter les lieux. La chasseuse en siffla de frustration, se sentant particulièrement conne de s’être fait avoir aussi bêtement. Jetant un coup d’œil à l’opposé de la pièce, comme pour guetter la silhouette d’un potentiel animal en furie, Drathir s’efforça au calme en inspirant à plusieurs reprises, songeant à son compagnon d’infortune en proie à une crise de colère qu’il ne parvenait clairement pas à gérer. Bien. La blonde était clairement trop fière pour s’abaisser à tuer le loup, cela reviendrait à satisfaire cette connasse de sorcière, or elle ne souhaitait pas lui donner raison. Elle savait cependant qu’elle n’aurait peut-être pas le choix, mais d’ici là elle pouvait peut-être voir pour calmer les pulsions du jeune homme. Après tout, les loups étaient capables de se contrôler, en se raccrochant à quelque chose de précis et de personnel. Il n’était peut-être pas au courant de tous ces détails et, en cet instant, l’aider devenait important dans le cadre de sa propre sécurité à elle, outre le fait qu’il parviendrait peut-être à être utile afin de les faire sortir d’ici. La chasseuse songeait au fait que si le brun parvenait à se contrôler, il pourrait profiter de la force procurée par la pleine lune pour créer une ouverture quelconque. Mais pour cela, il fallait éviter qu’il ne se transforme en bête sanguinaire. Ce fut donc dans un soupir, rabaissant brièvement ses armes tout en les gardant en main, que la donzelle se rapprocha de l’ouverture de la porte, passant sa tête afin de voir où il en était. Se raclant la gorge, comme gênée, elle expliqua alors, un sourire aux lèvres. « Hum… Comment dire… On est coincés ici. Alors on va faire un marché, je te promets de rester sage, si tu daignes faire pareil. Un loup ça peut se contrôler tu sais. » Et du contrôle, c’est clairement ce dont ils avaient tous les deux besoin en cet instant précis.


copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 05/10/2014
≈ MESSAGES : 56
≈ TES POINTS : 112
≈ AVATAR : jack falahee
≈ CRÉDITS : sweet nothing
MessageSujet: Re: (ian & drathir) ≈ it's not the moon that divides us   Lun 3 Nov - 18:48

Ian fronça des sourcils à la réponse de la blonde. Il ignorait de quoi elle lui parlait, il ne s'était transformé qu'une fois, et avait semble t'il tout oublié de ce qu'il avait vécu durant sa transformation. Il était hors de contrôle dans ces moments là, il doutait avoir assez de patience pour user de ses nouveaux dons acquis lors de sa transformation. Néanmoins, quelque chose dans le discours de Drathir, dans le ton qu'elle employait, et dans sa posture lui laissait à penser qu'elle en savait plus sur le rayon que lui. C'était une grande première pour lui, excepté Jacob et Matei (et encore ce dernier n'en connaissait pas plus que lui), il n'avait pas beaucoup de connaissances connaissant le surnaturel. Il regarda de plus prêt sa tenue, ses armes. Ce n'était pas un déguisement, il en était désormais sûr, la blonde ne sortait pas pour s'amuser, elle avait une mission bien précise. Il ferma les yeux, luttant contre le loup en lui et secoua la tête à sa question, ses mains s'enfonçant un peu plus dans le dos de la banquette devant lui. "N...non...tu crois que j'aurais été assez...stupide pour choisir une planque où je risquais de...de croiser...des gens ?" demanda t'il, sarcastique avant qu'une quinte de toux ne le prenne et qu'il tombe à genoux. C'était comme si un masque était tombé maintenant qu'il savait qu'elle savait ce qu'il était. Plus besoin de prétendre qu'il ne souffrait pas, qu'il luttait contre tout son être pour rester humain, pour rester lui. Peut être était ce là une mauvaise idée, qu'elle prendrait peur, pensant qu'il allait se transformer et le tuer. Peut être était ce la meilleure idée qu'il aurait eue, la blonde mettant ainsi fin à sa souffrance pour de bon. La crise passée, le brun se releva, les griffes ayant, pour le moment, disparu. La jeune femme avait reculé jusque vers la porte qu'elle essaya d'ouvrir, sans succès. Ian ne comprit pas tout de suite ce qu'il se passait, les propos de Drathir lui passant un peu au dessus pour être honnête. De la sueur perlait sur son front, il avait repoussé une vague, mais une autre, plus forte semblait être sur le point d'arriver. Il avait la respiration hâchée et releva la tête vers la chasseuse lorsqu'elle revint vers la porte, bloquant son regard dans le sien. Il fronça des sourcils à ses propos, sentant le désespoir et la peur le gagner. Quand bien même Drathir avait été honnête quant à ce qu'elle lui aurait fait, autant Ian ne voulait pas la blesser. "Coincés ? Non non non c'est pas bon..." gémissa t'il avant de se détourner et de fermer les yeux. Il se concentra sur sa respiration, essayant de reprendre le contrôle avant d'entendre les mots magiques de Drathir. Il rouvrit ses yeux et tourna la tête vers elle. "Comment ?" La blonde avait allumé une lueur d'espoir dans l'esprit de Ian, si elle pouvait l'aider à se contrôler, alors peut être qu'à son tour il pourrait l'aider. Comment ? Il l'ignorer encore, mais si elle l'aidait à faire cela, à repousser la transformation, alors il ferait son possible pour l'aider. Il se tourna vers elle, notant que si elle avait baissée son arbalète, elle ne l'avait pour autant pas lâchée. "Apprends moi, je veux pas te faire mal, je te le jure. Si jamais tu vois que je n'y arrive pas, tu peux me tuer, je veux pas te faire mal." reprit il, d'une voix brisée. Il songea à Owen, au fait qu'il ne le verrait peut être plus. Des larmes perlèrent à ses yeux mais aucune larme ne coula.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (ian & drathir) ≈ it's not the moon that divides us   

Revenir en haut Aller en bas
 

(ian & drathir) ≈ it's not the moon that divides us

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Livre - "Obsession" de Catherine Kalengula : une version moderne du fantôme de l'opéra
» Phil Belmont - Collection
» [Anniversaire] Personnages de Type-Moon ! =D
» Je repars
» Castlevania: Circle of the Moon - GBA - 2001
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DARK MOON :: BEACON HILLS :: beacons hills surroundings :: Beacon Hills Railroad Depot-
Sauter vers: