AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 #306 think you're in control until you're not × ian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 05/10/2014
≈ MESSAGES : 59
≈ TES POINTS : 228
≈ AVATAR : bob morley
≈ CRÉDITS : freckles sloth(ava); caius(sign);heroicfictions.tumblr(gif)
MessageSujet: #306 think you're in control until you're not × ian   Ven 17 Oct - 21:12


None of us have long on this earth in the grand scheme of things. In a way our lives are little more than raindrops splashing one after another in an ocean of existence. And it's an easy thing to feel small and swallowed up by the enormity of it all. But it doesn't have to be that way. The meaning of life isn't some well guarded secret the universe is withholding from you. You're a raindrop, remember that. It's not always about leaving a ripple in the water but learning to find some joy in the fall.

Matei était arrivé très simplement. Un sac contenant quelques vêtements dans une main, tapant contre le bois dur de la porte de l’autre, tout ce qu’il avait offert à Ian en entrant c’était un léger sourire en lui demandant s’il pouvait dormir là pour quelques nuits. Bien que les deux garçons se disent tout, parfois le roumain mettait plus de temps que d’habitude pour laisser s’échapper ce qu’il avait sur le cœur. Il aimait la présence de Ian. Il était simple, reposant. Les deux se comprenaient et c’était surement ça qui avait réussi à lier les deux garçons paumés qu’ils pouvaient bien être. Dans le regard de l’autre, dans les traits tirés de cette autre personne souffrant de la même malédiction, ils avaient trouvés un allié. Une personne sur qui compter. Peu importait les commérages dans le hall quant à l’étrange habitude de Matei à se pointer tard dans la nuit. Peu importait que personne ne comprenait véritablement leur amitié ou le fait que le brun aimait à jouer des clichés que le monde extérieur possédait. Tout ce qui importait, c’était que le lycan avait trouvé un frère. Une personne sur qui compter quand bien même tous les éléments disparates de sa vie tombaient en ruine. Apaisé de ne pas être dans la maison familiale où il avait croisé sa jumelle, le brun s’était finalement assoupi naturellement sur le canapé de la chambre d’hôtel de son ami. En plein milieu d’une discussion, le brun avait juste senti ses yeux se refermer progressivement alors que son ami continuait à parler. Le Russesco qui n’avait pu profiter d’une bonne nuit de sommeil depuis un moment avait trouvé dans la chambre de Ian un semblant de paix.
Les rêves de Matei avait toujours été agité. Enfant, la mère de ce dernier avait l’habitude de lui préparer une tasse de thé lors des nuits les plus compliquées afin que le brun puisse trouver le repos. Lorsqu’il était malade et qu’il n’arrivait pas à dormir, elle pouvait passer des heures à passer sa main dans ses cheveux en attendant le moment où son fils tombait de fatigue. Malgré les années, le jeune lycan n’avait pas oublié ces infimes détails qui composaient son histoire. Il les chérissait profondément, en rêvant parfois. Néanmoins, le sommeil du roumain fut interrompu par un bruit sortant de l’ordinaire. Les sens éveillés plus que la moyenne du lycan furent troublés par le son étrange qui s’échappait de la gorge de Ian. Le mélange hybride d’un grondement et d’un gémissement. Sortant douloureusement de son sommeil, Matei entendait clairement les bruits que faisait son ami allongé sur le lit de sa chambre. Scrutant l’obscurité, le brun observa un instant le Bennet avant de se rendre compte de ce qui était en train de se produire. Ce dernier gémissait comme s’il était en train de faire un mauvais rêve avant de se réveiller en sursautant. Toujours à moitié assoupi, le roumain observa son ami qui tremblait comme une feuille avant que la lueur des yeux de ce dernier ne l’alerte. Sautant en avant, le Russesco monta sur le lit du brun sans attendre pour attraper les épaules de Ian. Ses yeux plantés dans ceux du jeune homme, Matei ne semblait pas prêt à faillir. Il avait une entière confiance en son ami et savait ce que ça faisait de perdre le contrôle, ce que ça faisait d’avoir besoin de quelqu’un pour remonter à la surface. Il savait, à cet instant, que son frère d’arme avait besoin d’une telle aide. Les yeux brillants de ce dernier, sa respiration lourde et ses ongles aiguisés ne rassuraient pas le lycan qui craignait d’avoir à maîtriser d’une quelconque manière son ami. « Ian, j’ai pas vraiment envie de finir en steak haché ce soir. » Maintenant son ami bloqué entre lui et la tête du lit, Matei savait à quel point il ne maîtrisait pas la situation. Il savait aussi que si les rôles étaient inversés, Ian ne s’en serait surement pas mieux sorti que lui. Il ne pouvait s’empêcher de blaguer, même si la situation était grave.  « Essayes de te concentrer sur ma voix, si tu casses tout, faudra pas s’étonner si tout le monde nous pense en couple. » Un sourire amusé aux lèvres, Matei manqua de lâcher prise avant de repousser violemment son ami contre la tête de lit qui fit un bruit sinistre de craquement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 05/10/2014
≈ MESSAGES : 56
≈ TES POINTS : 112
≈ AVATAR : jack falahee
≈ CRÉDITS : sweet nothing
MessageSujet: Re: #306 think you're in control until you're not × ian   Dim 19 Oct - 18:51

Ian parla plusieurs minutes avant de réaliser que Matei s'était endormi. Il avait perdu l'habitude de parler aux autres, d'échanger. Depuis qu'il avait été mordu, il fuyait les autres comme la peste, ayant comprit après sa dispute avec Owen qu'il ne pouvait plus vivre normalement. Le brun savait que sans sa rencontre avec Matei, il se serait sûrement perdu, serait descendu dans les abysses pour ne plus en remonter. Matei n'était peut être pas parfait, il était chiant, collant, trop tactile à son goût surtout lorsqu'ils croisaient des gens dans l'hôtel mais d'une certaine manière, le brun lui redonnait la joie de vivre. Ian poussa un soupir et éteignit la lumière de sa table de nuit, se couchant sur le côté et fermant les yeux. Il repoussa au mieux les mauvaises pensées, préférant se concentrer sur le visage d'Owen, sur son sourire, sur le goût de ses lèvres contre les siennes...Il s'endormit ainsi, en rêvant d'Owen, de leur vie d'avant. Le rêve cependant, se transforma en cauchemar durant la nuit. Ian se revoyait l'attaquant, serrant sa gorge dans sa main, mais là où il s'était arrêté durant la nuit, ce n'était pas le cas cette fois ci. Il avait son regard plongé dans celui d'Owen qui était terrorisé, incapable de parler. Il se débattait, griffait Ian qui commença à s'agiter dans son lit gémissant des propos incohérents, grognant. Dans son rêve, il se voyait serrer de plus en plus le cou de son petit ami jusqu'à ce que la nuque ne cède dans un craquement horrible, qui réveilla Ian en sursaut qui se redressa, la respiration haletante et des gouttes de sueurs sur le front. Comme à chaque fois qu'il se sentait perdre le contrôle, il sentait un poids sur sa poitrine et porta une main dessus, gémissant. De son autre main, il accrocha les draps et entendit un bruit de déchirement, ses ongles avaient coupés le drap comme si c'était du beurre. Il leva son regard vers Matei dont il distinguait les traits dans le noir. Il pouvait encore arrêter la transformation, mais seul il en était incapable, il en était terriblement conscient. Matei aussi car sans attendre, ce dernier le rejoignit sur le lit, le plaquant avec force contre la tête du lit qui grinça un peu sous la force du lycan. Il grogna à sa phrase, le loup prenant le dessus sur lui, ses canines s'allongeant alors qu'il rapprochait son visage de celui du brun, comme affamé de sang, de chair. Sa seconde phrase, le fit sortir un instant de sa transe, mais cela ne dura qu'un instant, il tenta de repousser le brun, mais Matei se reprit à temps, le plaquant de nouveau contre la tête de lit qui menaçait de se briser à tout moment. Ian agrippa le brun aux épaules, ses ongles plongeant dans la chair de son ami alors qu'un grognement s'échappait de ses lèvres. Sa respiration était hâchée, il fallait qu'il se reprenne, qu'il retrouve son calme. Il ferma les yeux, baissant la tête, se forçant à inspirer et expirer lentement. Ca avait marché, une fois, mais il n'était pas aussi loin dans sa transformation et le brun avait peur que cela ne marche pas maintenant. Il se cambra en avant, faisant reculer le brun alors que la transformation continuait. Il plongea son regard dans le sien, implorant. "Me laisse pas...me laisse pas me transformer s'il te plait..." Des larmes perlaient à ses yeux, l'image d'Owen se superposant sur celle de Matei, cauchemar et réalité se mélangeant dans son esprit...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 05/10/2014
≈ MESSAGES : 59
≈ TES POINTS : 228
≈ AVATAR : bob morley
≈ CRÉDITS : freckles sloth(ava); caius(sign);heroicfictions.tumblr(gif)
MessageSujet: Re: #306 think you're in control until you're not × ian   Ven 24 Oct - 19:06


None of us have long on this earth in the grand scheme of things. In a way our lives are little more than raindrops splashing one after another in an ocean of existence. And it's an easy thing to feel small and swallowed up by the enormity of it all. But it doesn't have to be that way. The meaning of life isn't some well guarded secret the universe is withholding from you. You're a raindrop, remember that. It's not always about leaving a ripple in the water but learning to find some joy in the fall.

Matei faisait de son mieux pour garder Ian sous contrôle. Il savait ce que ça faisait de se sentir sombrer, de sentir la bête à l’intérieur prendre le dessus. La première fois que ça lui était arrivé, c’était comme si la nuit s’était levée dans son cœur. Comme si l’obscurité l’avait avalée sans qu’il ne puisse se débattre. Il avait vécu une nuit au cœur des ténèbres, se réveillant de ce cauchemar seulement pour se rendre compte qu’il avait perdu quelque chose en main durant cette première nuit. Depuis lors, le Russesco craignait de faillir à nouveau, perdre pied et passer de l’autre côté d’une ligne de conduite bien trop mince. Voir son ami face à un pareil dilemme nouait les entrailles du brun qui tenait tant bien que mal le Bennet entre ses doigts. Il sentait son estomac se retourner à la vision du regard ambré de son ami. La réflexion imparfaite de sa propre personne lui faisant face, Matei senti sa mâchoire se crisper alors qu’il se surprit à envier la pureté du regard d’Ian, contrairement aux siens. Le roumain ne pouvait ignorer la détresse de son ami. Il n’avait aucun mal à voir à quel point ce dernier pouvait être perdu entre ce qu’il était et ce qu’il refusait d’être. Sincèrement, s’il ne s’agissait pas d’Ian, le jeune homme aurait certainement songé à s’en aller, partir avec que les choses ne se corsent. Cependant, c’était son ami qui était en train de perdre la tête, son ami qui avait besoin à cet instant plus qu’à tout autre d’un soutien infaillible. Après avoir repoussé le garçon en pleine transformation, Matei étouffa un grognement de douleur en sentant les ongles du Bennet s’enfoncer dans sa chair. Il ne pouvait ignorer la douleur. Cette même douleur qu’il ne l’avait plus quitté depuis sa transformation. Cette douleur qu’il avait toujours connu à un moment ou à un autre de sa vie. Lorsqu’il s’était cassé le bras pour la première fois, pour toutes les autres aussi. Suite aux nombreuses raclées qu’il s’était prise. Le Russesco avait passé sa vie les poings serrés en attendant de recevoir les coups. Cependant, ça n’était que depuis qu’il était devenu un lycan qu’il avait appris à recevoir ces derniers. La mâchoire crispée, ses mains encore humaines serrées autour des épaules de son ami, le brun luttait tant bien que mal contre cette boule familière de rage qui menaçait d’exposer. Celle qu’il gardait profondément enfouie en lui en permanence. Cette vieille amie qui venait le visiter lors des moments les plus durs, lorsqu’il avait le plus besoin de résister. C’est alors que la voix de Ian s’échappa difficilement de la gorge de ce dernier. Il était implorant, apeuré, Matei pouvait le voir, il pouvait même le sentir malgré ses faibles capacités de lycan. « Me laisse pas...me laisse pas me transformer s'il te plait... » Hochant la tête, le roumain repoussa plus violemment son ami contre la tête de lit qui finalement céda sous leurs forces respectives. Concentré sur son souffle et le calme qu’il devait garder, le brun tentait de surpasser la force brute du loup en transformation. Il savait qu’il devait le ramener avant que ça ne dérape. Il savait qu’il devait le calmer avant qu’il ne soit hors d’atteinte. Sentant les griffes de son ami déchirer sa chair, le jeune homme avait plus en plus de mal à ne pas se jeter à sa gorge afin de la lui trancher. Ils avaient beau être amis, les bêtes gouvernant les profondeurs de leurs êtres avaient bien peu à faire avec ce jour de détails. Ils le savaient l’un comme l’autre, s’ils se retrouvaient le mauvais jour au mauvais endroit, un des deux pourrait le payer cher. Ca n’avait pourtant jamais empêché aucun des deux de rester aux côtés de son ami. Portant ses mains au cou de Ian, le brun tenta de le retenir plus violement que précédemment. Malgré lui, il senti son pouls s’accélérer alors que le Bennet ne se laissait pas faire. « Je sais que t’es là, quelque part sous la colère, les griffes acérées et les yeux emplis de hargne que je vois. Je sais que t’es là. » Repoussant son ami toujours plus fermement contre le mur, Matei du se rendre à l’évidence qu’il ne faisait pas le point contre ce dernier s’il s’évertuait à garder en laisse l’animal en lui. Repoussé comme une brindille, il se retrouva projeté sur la table de chevet à leur droite comme s’il n’était pas plus lourd qu’un brin d’herbe. Malgré lui, il ne pu s’empêcher de glapir face à la douleur irradiant son flanc. Des morceaux de la table de chevet brisée étaient étalé au sol autour du Russesco qui faisait de son mieux pour se remettre sur ses pieds malgré la douleur. « Ecoute moi ! Je sais ce que ça fait, d’accord ? Je sais que t’as du abandonner des choses, que t’as du abandonner des gens. Je sais ce que ça fait de vouloir disparaître. De devoir s’éloigner des gens qu’on aime vraiment et sacrifier ce qu’on a et qu’on a toujours désiré à cause de cette foutue morsure. Je sais ce que ça fait Ian, je sais aussi que tu veux pas être une bête. Tu es juste un gars, pas un animal. » Continuant à observer son ami de plus en plus effrayant, Matei savait qu’il n’avait que deux possibilités. Il savait aussi qu’il faisait le mauvais choix, tout du moins c’était ce que lui disait son instinct de survie alors qu’il se jetait sur Ian sans seconde pensée. « Et si t’as besoin qu’on te le prouve, je suis assez fou pour croire en toi. » Souffla t’il alors qu’il plaquait son ami au sol.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 05/10/2014
≈ MESSAGES : 56
≈ TES POINTS : 112
≈ AVATAR : jack falahee
≈ CRÉDITS : sweet nothing
MessageSujet: Re: #306 think you're in control until you're not × ian   Lun 3 Nov - 19:47

Ian grognait, comme un animal piégé, prêt à tout pour s'échapper. Il ne voyait plus Matei l'ami, il voyait l'ennemi, la proie. Il pouvait sentir l'odeur de son sang s'écoulant de ses plaies, la texture contre ses griffes s'enfonçant encore et toujours dans sa peau. L'animal en lui se régalait de cet avant gout qu'aurait le brun une fois mort. Le loup en lui voulait de la violence, du sang, de la mort alors que l'humain luttait désespérément pour ne pas céder à ces instincts primaires. La douleur dans son dos, due aux morceaux de bois fichés dans sa peau lui permettait de garder la tête hors de l'eau, de laisser l'humain prédominant en lui, mais pour combien de temps. Il poussa un cri de douleur bien humain en se cambrant contre Matei, ce dernier rassurant sa prise sur lui, luttant de toutes ses forces pour le maintenir contre le mur, pour le maintenir humain. Ian savait qu'il pouvait compter sur lui, que malgré la nonchalance de ce dernier, il était sûrement l'un de ses plus importants alliés dans cette guerre qu'ils menaient tous les deux pour leur humanité. Ses yeux prirent une couleur orangée et Ian repoussa Matei comme un fétu de paille, brisant la table de chevet sur lequel le brun atterissa. Ian, ou plutôt la bête en lui, se releva, satisfaite. On aurait presque pu croire qu'il souriait dans la pénombre, mais seul était visible son regard alors qu'il s'approchait de Matei. Il était sur le point de se jeter sur lui, d'en finir avec le jeune homme lorsqu'il perçu ses cris de douleurs, une douleur bien humaine qui fit écho à la sienne. Ian revenait à la surface, comme luttant contre le courant dans son esprit. Il s'avança vers lui cependant, lancé dans une marche macabre, son esprit embué dans des désirs primaires, mais malgré tout, les mots de Matei semblaient percer le brouillard dans son esprit. Il s'arrêta à quelques mètres seulement de lui, les poings serrés, les griffes s'enfonçant dans sa propre peau alors que Matei décrivait sans détour et avec une vérité cruelle ce qu'il avait enduré, ce qu'ils avaient tous deux endurés. La seconde d'après, le brun le tacla au sol, Ian poussant un grognement alors que Matei le maintenant fermement contre le sol en usant de son corps. Il lutta contre son ami, soubresaut, coup de pied, de poing jusqu'à ce que ses yeux retrouvent une couleur normale, humaine. Des larmes coulaient sur ses joues alors que l'humain était enfin là, la bête vaincue de retour dans sa tanière mentale. Ian cessa tout mouvement après quelques minutes, en proie à des sanglots, qu'il avait gardé pour lui durant tout ce temps. Il prit le visage de Matei dans ses mains, ouvrant la bouche pour s'excuser mais aucun son ne sortit de ses lèvres. Il avait presque faillit le tuer, aucun mot ne pourrait excuser cela. Il attendit que le brun se redresse, le libére de son emprise pour se mettre en position assise, ramenant ses genoux contre lui. "J'aurais pu te tuer Matei...j'ai failli...je..." Sa voix se brisa et de nouvelles larmes roulèrent sur ses joues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: #306 think you're in control until you're not × ian   

Revenir en haut Aller en bas
 

#306 think you're in control until you're not × ian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» [THEME] Control volume HD1 et HD2 mis à jour 26/09
» Special Control Vehicule Patlabor, 1/35e Ex-model Bandai
» Problème avec mon vario, ESC, Speed control, aide SVP !
» [21/04/09] HTC Volume Control Packs
» Prise de vues connecté - Remote control
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DARK MOON :: BEACON HILLS :: center beacon hills :: chain of buildings-
Sauter vers: