AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « I missed you (pv Peter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 16/10/2014
≈ MESSAGES : 254
≈ TES POINTS : 424
≈ AVATAR : Katheryn Winnick
≈ CRÉDITS : avatar (c) Fassylover / gif (c) tumblr
MessageSujet: « I missed you (pv Peter)   Ven 17 Oct - 12:43


You know that I missed you ?
Allons bon chéri, on a été libéré pour bonne conduite ?

Heaven’s night. Un des bars les plus réputés de la ville bien que la blonde se demande encore pourquoi un tel succès. Certes la musique était satisfaisante mais cela n’égalait pas le bon rock anglais des années soixante, la bière ne cassait pas trois pattes à un canard comparée à celle servie en Irlande par exemple et cette table de billard trônant dans un coin paraissait bien insuffisante pour rehausser le niveau de l’établissement. Et pourtant, tout le monde ou presque venait ici. Les étudiants étaient probablement poussés par le goût de l’interdit et se fiaient au bouche à oreille pour atterrir ici, les alcooliques se moquaient pas mal du lieu tant qu’ils pouvaient noyer leur chagrin dans l’alcool et enfin les couples ne s’éternisaient jamais. Quant à elle et bien… Il faut croire que cette table de billard était suffisante pour titiller son intérêt. Drathir avait passé sa journée à travailler à Eichen House, tout du moins faisait-elle de son mieux étant donné que certains de ses patients s’étaient soudainement échappés suite à la destruction d’une des ailes de l’hôpital. Comme par hasard. Cela ne l’étonne guère et à leur place elle aurait probablement fait pareil. Pourquoi diable rester enfermer dans cet endroit lugubre quand la liberté s’offrait de nouveau à vous, qui plus est certains individus étaient tellement malades que la question ne se posait même pas, ils agissaient à l’instinct sans véritablement réfléchir, ce qui les rendait particulièrement dangereux. Cette fuite avait incité la blonde à se repencher plus sérieusement sur la chasse, bien décidée à faire tomber les têtes de ceux qui menaçaient clairement la population. Qui d’autre pouvait le faire de toute manière ? Le shérif ? Déjà au courant de tout concernant les créatures surnaturelles mais étant prompt, comme son fils et sa clique d’amis, à les épargner sous prétexte qu’ils étaient des êtres vivants avant tout. Foutaises. Une bonne créature est une créature morte, et de préférence avant qu’elle n’ait pu vous planter ses crocs dans la gorge. Et puis voilà ce qu’il se passait quand on préférait les enfermer : ils finissaient toujours par sortir et la psychologue ne doutait pas du fait qu’il y aurait des dégâts, d’une façon ou d’une autre. Il suffisait de se pencher sur l’identité de certains des patients en question, il suffisait de tomber sur le nom de Peter Hale, pour comprendre que tôt ou tard quelqu’un en subira les conséquences. Enfin, qu’importe, elle se remettrait ainsi plus sérieusement à la traque et probablement irait-elle voir Chris pour évoquer avec lui leurs plans futurs, en particulier concernant ce même Peter Hale qui, bizarrement, n’avait toujours pas fait parler de lui jusque-là. Il n’empêche qu’il avait manqué de tuer le chasseur et ce dernier réclamait vengeance. Une vengeance qu’elle comptait bien l’aider à obtenir.

Pour l’heure toutefois, Drathir se trouvait penchée sur la table de billard. Au vu du monde et de l’ambiance qui régnait dans le bar, force était d’admettre qu’il faisait particulièrement chaud et que la température ambiante contrastait avec le froid qui régnait dehors. Un froid plutôt normal étant donné que la nuit était désormais entamée, depuis peu. Vêtue d’un jean et d’un simple débardeur noir, elle avait délaissée sa veste de cuir sur un des rebords de la table afin de ne pas la perdre de vue, n’ayant pas spécialement qu’on tente de lui voler quoi que ce soit ce qui impliquerait qu’elle casserait déjà la gueule à quelqu’un. C’était hors de question, il était bien trop tôt pour ça. Repoussant sa chevelure en arrière afin de ne pas être gênée, elle décoche ainsi un coup à l’attention d’une des boules, l’envoyant ainsi en frapper d’autres, il s’agissait là d’un coup plutôt habile étant donné que deux boules se suivirent de près pour dégringoler à l’intérieur des trous situés aux diverses extrémités de la table. Sourire satisfait aux lèvres, témoignant d’une arrogance qu’elle ne cherchait même plus à cacher, la chasseuse se redressa alors lentement avant de jeter un coup d’œil autour d’elle. Le sourire s’étire lorsqu’elle capte le regard d’un groupe d’étudiants qui regardaient en sa direction, lui jetant des coups d’œil tantôt hésitant tantôt franchement agressifs.  Il fallait les comprendre, elle se réservait l’endroit depuis près de deux heures déjà, refusant de le céder à quiconque et le monopolisant ainsi, rien que pour elle. Personne n’avait osé la contredire ce soir là, ce qui n’était pas toujours le cas, si bien qu’elle se demandait parfois si cela était dû à une quelconque réputation qu’elle se faisait dans le bar ou si les individus qui l’entouraient n’étaient juste pas encore suffisamment ivre pour devenir aveugle au danger qu’elle représentait. Car, sa condition de chasseuse mise de côté, Drathir n’avait rien d’une demoiselle particulièrement avenante. Sauf si elle daignait vous offrir un sourire séducteur, elle se contentait généralement de planter sur les gens un regard assassin, l’émeraude de ses yeux luisant d’une lueur menaçante et colérique.

Daignant reposer la queue de billard sur la table, la blonde se hissa alors sur le rebord de cette dernière, y déposant tranquillement ses fesses et laissant ses jambes pendre dans le vide. Sa main part se refermer autour de la pinte de bière qu’elle avait commandé, portant la boisson à ses lèvres afin d’en savourer quelques gorgées. Glissant sa langue le long de ses lèvres pour en ôter la mousse, la jeune femme perçu alors un infime changement dans l’air. C’était subtil, un affaiblissement du brouhaha ambiant qui semblait signifier que plusieurs conversations se sont interrompus l’espace d’un bref instant, il y avait aussi ces bruits de pas dans son dos qui lui signalèrent une démarche assurée et déterminée, une personne qui venait dans sa direction. Ce fut cet ensemble de choses, analysé d’instinct par une chasseuse de métier depuis près de vingt ans, qui la poussa à tourner alors la tête et quelle ne fut pas sa surprise en captant le regard bleuté de Peter Hale. Cette fois ci au moins, cette même surprise ne fut pas compliquée à feindre tant elle était sincère. L’homme qui lui faisait désormais face avait su se montrer particulièrement discret jusque-là, et le voilà désormais face à elle, alors qu’elle ne s’y attendait vraiment pas. Qu’est ce qui pouvait bien inciter le loup à quitter son antre ? Les questions resteraient probablement sans réponses, tout du moins sans réponse sincère au vu de la manie qu’avait toujours eu son interlocuteur à lui raconter des bobards ou à modeler la conversation pour qu’elle lui soit profitable. Cependant, cela ne devait pas l’empêcher de s’adapter et de profiter de cette occasion qui s’offrait à elle. Ce fut pour cela qu’un sourire amusé orna bien vite ses lèvres et qu’elle prit la parole, déposant sa chope de bière sur le côté sans quitter sa place de fortune pour autant.

« Peter Hale, rien que ça. Tu sais que tu m’as manqué ? Le sourire s’étire en une petite moue délicieuse destinée à lui faire part de la tristesse qui avait pu la saisir suite à sa disparition. C’est qu’elle y tenait à ce patient, c’est le moins qu’on puisse dire, bien qu’elle n’irait jamais admettre les véritables raisons de cet intérêt pour le brun. Le tutoiement, quant à lui, était venu naturellement. Dans le cadre de son travail la blonde n’avait jamais osé l’employer, le vouvoiement avait de toute manière quelque chose de sexy à ses yeux aussi cela n’avait jamais empêché de se prêter à des moments de séduction, mais aujourd’hui c’était différent. Il pouvait s’en formaliser mais cela était le dernier de ses soucis, en vérité elle reprenait déjà la parole, désignant le bar d’un signe de la main, le parcourant également des yeux avant d’ancrer pour de bon son regard d’émeraude dans celui de son interlocuteur. Alors, tu as été relâché pour bonne conduite ? J’ai tellement insisté pour leur dire que tu avais changé, je vois que ça a payé. Elle insinuait clairement que s’il en était là, ce n’était pas parce qu’il avait profité d’un effondrement des bâtiments pour s’enfuir, mais bien parce qu’elle avait supplié les dirigeants de le libérer, comme s’il n’avait pas sa place ici et que leurs séances avaient finalement payé : il avait changé. Ce n’était évidemment que des conneries mais elle joue le jeu jusqu’au bout, concluant sur un clin d’œil séducteur : De rien. » Et sur ces quelques mots, elle se permit de boire une nouvelle gorgée de sa bière, rejouant au même petit jeu avec sa langue le long de ses lèvres, pour finalement se concentrer définitivement sur lui, désireuse de le voir réagir.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
admin ~ big bad wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 29/07/2014
≈ MESSAGES : 585
≈ COMPTES : eliza et ramsay.
≈ TES POINTS : 599
≈ AVATAR : ian bohen.
≈ CRÉDITS : stilinski (avatar).
MessageSujet: Re: « I missed you (pv Peter)   Mer 22 Oct - 10:01

There's a wolf in my heart
drathir linath & peter hale

Stir up the air, in the valley Looked at the ground below. Oh I was surrounded - there's nowhere left to go. I heard the wind shout, beneath my feet, I felt the earth shake inside of me Ill run forever but I won't get far'Cus if I don't have you, I will starve. Oh was it cold desperation ? That let the fire go out Oh was it cold desperation, that let it burn for miles ? I hope that it wouldn't be. ~ You are the wilderness.


Eichen House était une histoire que Peter voulait laisser derrière lui. Il aurait presque voulu pouvoir oublier la moitié de ce qu’il avait vécu là-bas. L’endroit n’était clairement pas paradisiaque loin de là. Peut-être qu’il méritait sa place au sein de l’institut psychiatrique, à cause de ce qu’il avait pu faire ou de ce qu’il avait pu vouloir faire. Cependant, selon lui, ça restait discutable, certes il avait essayé de tuer Scott, mais il les avait aussi beaucoup aidés. Il avait aidé Derek à entrer en contact avec sa mère, il avait aidé à sauver la vie de Stiles et l’idée selon laquelle Lydia pouvait sauver Jackson venait de lui. Il avait presque fait plus de bien que de mal quand on prenait le temps d’y réfléchir. Mais non évidemment, tout ce qu’on retenait de lui c’était qu’il avait tué des gens – des gens qui soit dit en passant étaient responsables de la mort de la plupart des membres de sa famille et de son coma ayant duré six longues années – ou qu’il avait essayé de tuer Scott et considérablement blessé Chris Argent ou bien encore qu’il avait malencontreusement dressé une liste des créatures à abattre à Beacon Hills. Dans le fond, il n’avait pas fait tant de mal que ça, toujours d’après son propre avis, alors ce n’était pas la peine de l’envoyer pourrir au sein d’un hôpital psychiatrique particulièrement malsain. Est-ce qu’ils pensaient vraiment qu’un univers comme celui là pouvait l’aider à aborder un meilleur comportement ? Sans doute pas. Au fond tout ce qu’ils voulaient c’était l’enfermer quelque part pour se débarrasser de lui le plus longtemps possible, ils avaient très certainement dû penser qu’il n’en sortirait pas et qu’ainsi ils avaient la paix avec le cas Peter. Même la mort n’avait pas été capable de l’arrêter alors ce n’était pas les quatre murs d’un hôpital pourri qui allait le retenir. Il était libre maintenant et il avait l’intention de le rester le plus longtemps possible. Il n’avait en rien l’envie de se mêler aux histoires de la bande de Scott, qu’ils se débrouillent sans lui pour une fois, pour changer et pendant ce temps là, lui, il s’occupait de ses petites affaires tranquillement dans son coin, cherchant un moyen d’obtenir ce qu’il voulait sans avoir besoin de tuer personne. Est-ce qu’il était soudainement devenu plus gentil qu’auparavant ? C’était à discuter, au final si on lui offrait la tête de Scott McCall sur un plateau, il ne saurait refuser. Cependant, puisqu’il devait veiller à faire profil bas pour sauver sa propre vie ou ne pas finir par être de nouveau enfermé à Eichen House, il pouvait bien faire l’effort de laisser de côté son principal plan pour aller fouiller ailleurs. Madge était la solution qu’il avait trouvée à son problème. La jeune sorcière était talentueuse, elle avait du pouvoir à revendre et elle était particulièrement naïve, suffisamment pour qu’il puisse la manipuler à son gré sans qu’elle ne se rende compte de rien. Elle n’avait de toute évidence rien à envier à la bande de Scott, même, dans le fond, il était persuadé qu’elle restait plus maline qu’eux. Il mettait certainement Malia à part, parce qu’elle, elle était pleine de ressources et elle était sa fille, c’était forcément différent avec elle. Pas qu’il ne soit particulièrement branché famille, il avait tué sa nièce et techniquement son neveu l’avait tué, mais il fallait quand même admettre que le fait que Malia soit sa fille jouait grandement dans l’estime qu’il pouvait avoir pour la jeune femme. Elle était différente de ses amis, c’était certain et cette différence avait clairement du bon. Depuis qu’il s’était enfui d’Eichen House, il essayait de nouer un véritable lien avec sa fille et même si ce n’était pas demain la veille qu’elle lui écrirait des poèmes pour la fête des pères – dieu merci – il savait qu’il avait su gagner la confiance de la jeune femme. Puisqu’il ne faisait rien par hasard, il savait ou du moins il espérait vivement que cette relation puisse jouer en sa faveur si jamais il devait se retrouver de nouveau confronté à la team McCall. Faire un long discours comme quoi il avait changé serait probablement aussi inefficace que faux, alors avoir Malia de son côté était forcément une bonne chose. Il n’était pas sorti de cette maison de fou pour rester sagement les bras croisés à attendre que le temps passe tranquillement planqué dans son trou pour pas qu’on ne le retrouve. Certes ce serait plus prudent, certains voulaient certainement sa tête, mais élaborer des plans et se créer des portes de sorties était probablement la meilleure chose à faire.

Puisqu’il était en vie et libre, il ne voyait pas l’intérêt de rester enfermé chez Madge à tout bout de champ. Certes, la maison de la jeune femme était bien plus appréciable qu’Eichen House, mais il avait déjà passé trop de temps enfermé, il avait besoin de sortir, il y avait des gens qu’il avait envie de revoir. Il y avait Drathir. Elle ne lui manquait pas c’était certain, sans elle dans sa vie, il ne s’en portait que mieux. Il avait passé bien trop de temps assis en face d’elle à devoir lui parler de sa vie, parce qu’évidemment, parler de sa vie à un psychologue était la clé pour résoudre ses problèmes imaginaires. Il y avait mit autant de mauvaise volonté qu’il en était capable. Cependant, par simple volonté de lui montrer qu’il avait réussi à sortir de cet hôpital de cinglé, il voulait la retrouver. Ce n’était peut-être pas le meilleur plan de l’année d’aller volontairement vers une chasseuse, elle n’était été que psychologue encore, le problème aurait été moindre, mais elle était également chasseuse. C’était un point qui augmentait considérablement le danger qui pouvait planer sur lui. Beaucoup le voulait mort et lui, il ne trouvait rien de mieux à faire que de partir à la recherche d’une chasseuse. Il pensait pouvoir largement la gérer, peut-être que c’était son égo surdimensionné qui voyait les choses ainsi, mais il ne doutait clairement pas assez de lui pour vraiment avoir peur de ce que Drathir pouvait représenter. En tant que loup-garou, il pouvait la retrouver facilement, il était assez doué pour ce qui était de pister autrui et il avait passé assez de temps enfermé dans son bureau pour connaitre son parfum par cœur. Il avait réussi à la repérer, il l’avait vue rentrer dans un bar. Prévisible, limite, s’il ne l’avait pas repérée à l’odeur, ça aurait quand même été le premier endroit vers lequel il se serait dirigeait pour lui mettre la main dessus. Elle avait peut-être appris à le connaitre pendant leurs entretiens, mais il en avait fait de même. Ils s’étaient presque tournés autour comme une abeille autour d’un pot de miel. Il fallait croire que sa sortie d’Eichen House ne venait en rien changer le jeu dans lequel ils s’étaient lancés, la preuve étant qu’il entra dans le bar, peu de temps après la jeune femme. Il commanda une bière – autant en profiter après tout – avant de se diriger vers la table de billard, bouteille en main. Elle l’avait entendu venir, mais face à la surprise qui marquait ses traits quand elle tourna la tête vers lui, elle ne s’était certainement pas attendue à le voir ici. Un léger sourire en coin sur les lèvres, il continua de contourner la table de billard pour venir face à la jeune femme. « Je savais que je te manquais. » Il aurait été stupide de vraiment croire en ce qu’elle racontait, elle ne lui avait pas manqué, ou simplement parce qu’elle aurait elle aussi préféré qu’il reste tranquillement enfermé à Eichen House. Mais il ne lui avait pas manqué à proprement parlé et le contraire était tout aussi vrai. S’il venait la voir ce n’était que pure provocation, rien de plus. « Bonne conduite, évidemment. Je suis le type le plus gentil de la ville. » Ironique encore une fois. Il n’avait rien de particulièrement gentil et quand bien même il pourrait prétendre l’être, c’était un adjectif clairement trop manichéen pour un monde pareil. « C’est vraiment trop aimable de ta part, merci pour ton aide et moi qui pensais que c’était la météo qui avait été clémente avec moi. » Le fait était qu’il avait vraiment eu un coup de chance, c’était aux intempéries qu’il devait sa liberté et certainement pas aux bonnes paroles de Drathir, il avait essayé pourtant, mais de toute évidence, la météo était plus rapide à agir que la blonde. « A ce propos, comment se passe la reconstruction de l’asile ? » Il s’en fichait comme de sa première chemise dans le fond, Eichen House était bien loin derrière lui. Il n’avait en rien l’intention d’y retourner de toute façon. Il avala à son tour une gorgée de bière, sans jamais lâcher son interlocutrice du regard. « C’est plutôt agréable de te voir en dehors d’un hôpital psychiatrique. » Un sourire sur les lèvres, il toisa la jeune femme de haut en bas sans la moindre discrétion, puis de bas et haut pour revenir fixer ses yeux dans les siens, avant d’avaler une autre gorgée de bière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thedark-moon.forumactif.org
avatar
membre ~ the young wolf
≈ INSCRIT(E) LE : 16/10/2014
≈ MESSAGES : 254
≈ TES POINTS : 424
≈ AVATAR : Katheryn Winnick
≈ CRÉDITS : avatar (c) Fassylover / gif (c) tumblr
MessageSujet: Re: « I missed you (pv Peter)   Mer 22 Oct - 19:15


You know that I missed you ?
Plutôt agréable ? Alors laisse moi m'améliorer et te rendre accro.

Peter était indéniablement un être complexe. Non pas tant dans ses objectifs, son narcissisme et son amour du pouvoir avaient quelque chose de banal et prévisible au possible à ses yeux, mais dans la manière d’y parvenir. Il était un fin manipulateur, ses expériences passées ont démontré qu’il avait été trop impatient et trop gourmand, pourtant il avait au moins le mérite d’avoir réussi à berner tout le monde, ou tout du moins s’était-il montré suffisamment indispensable pour se faire une place de choix auprès de tout le monde. De ce côté, elle ne pouvait que l’admirer, pour cette capacité qu’il avait d’approcher les gens alors même qu’il est de notoriété public qu’il est le grand méchant loup de l’histoire. Encore que, elle pouvait aussi critiquer le monde entier, ces idiots qui se sont laissés avoir. Drathir était persuadée que si Chris en été arrivé à frôler la mort, c’était bien à cause de ces adolescents à la noix, ces derniers s’amusant à jouer les héros, ce qui entraînait toujours des catastrophes. En vérité, l’homme qui lui faisait désormais face, une bière en main, n’avait probablement jamais eu un adversaire digne de ce nom, intellectuellement parlant. Ou, plus simplement, il n’avait probablement jamais eu d’adversaire tout court. Personne pour jouer, pour tenter de le battre d’une manière ou d’une autre. Les seules personnes qu’il avait affronté ont finalement décidé de l’enfermer à Eichen House, aux yeux de la blonde il s’agissait là d’une erreur monumentale en plus d’être une preuve de faiblesse, car voilà le résultat : le brun était de nouveau dehors, sans se soucier de quoi que ce soit, probablement en train de préparer son prochain coup. Voilà ce que ça apportait de se montrer clément, de suivre le code, ou juste d’être trop gentil. De son côté, elle n’en doutait pas une seule seconde : elle livrerait l’oméga à Chris, ou le tuerait de ses propres mains si cela s’avérait être la seule solution. Force était toutefois d’admettre qu’il était triste de devoir abattre un si bel homme. Bel homme, mais ô combien prétentieux étant donné que ce dernier se permettait déjà d’affirmer qu’il était au courant : il savait qu’il lui avait manqué, se pensant indispensable à la jeune femme. Cette dernière n’attendit pas longtemps pour hausser un sourcil désabusé. La logique voudrait qu’il lui retourne un semblant de compliment mais apparemment il ne semblait pas prêt à faire cet effort. Dommage.

Au lieu de quoi il préféra se moquer un peu plus, contournant la table de billard afin de se planter devant elle, en affirmant avec ironie qu’il était le gars le plus gentil du monde. Cette fois là, Drathir se permit un sourire narquois, n’ayant pas besoin d’en dire plus pour exprimer le fond de sa pensée. Ils savaient tous les deux ce qu’il en était véritablement. De toute manière elle fut bien vite trop occupée à l’observer de bas en haut, sans gêne, faisant croire au passage qu’il avait pu sortir grâce à ses suppliques à elle et non pas grâce à la destruction d’une partie du bâtiment. Ce fut dans un clin d’œil séducteur qu’elle conclut sur un de rien, avant de l’entendre la remercier. Ses propos suintaient de cette habituelle ironie mais elle ne s’en offusque pas. Après tout cela faisait partie des règles, de ce jeu où ils se devaient constamment d’analyser les propos de l’autre afin d’en tirer quelque chose. Il fallait bien quelques mensonges et un concentré de provocation pour faire de ces conversations un véritable défi. Sans quoi, l’homme qui lui faisait face ne serait rien de plus qu’un oméga mort depuis longtemps. Cependant les réponses narquoises de son interlocuteur laissèrent finalement place à une question, toute aussi provocante que le reste de son discours, concernant la reconstruction de l’hôpital. Le sourire de la chasseuse s’étire doucement et, toujours tranquillement assise sur le rebord de la table de billard, elle leva les mains comme pour plaider son innocence, pour signaler que cela ne la concernait absolument pas. Elle daigna répondre de vive voix, appuyant ainsi ses gestes. « Je suis psychologue moi, pas architecte ou ouvrier. J’ai toujours pas accès à cette aile donc c’est que les travaux ne sont pas finis, le reste ne m’intéresse pas. Elle fit alors la moue, comme soudainement soucieuse, rajoutant dans un souffle. Je m’inquiète plutôt pour mes patients, ils n’ont pas leur place dehors. J’espère qu’ils vont bien. Après tout, qui sait ce qu’il pourrait leur arriver ? » Si elle continuait d’arborer ces traits inquiets, elle ne tenta pas de masquer l’éclat de ses yeux, une lueur bien plus amusée, narquoise. Car il ne s’agissait là que d’ironie, ironie quand elle parlait de ces patients dont elle souhaitait juste la mort, ironie quand elle parlait des dangers qu’ils couraient en étant dehors alors qu’elle incarnait ce même danger. Drathir se permettait d’évoquer sa condition de chasseuse, bien que subtilement, car il était certain que son interlocuteur était au courant de ce détail. Il n’était pas stupide. Qui plus est, il était au courant du lien qu’elle entretenait avec Chris Argent, aussi n’était-il pas difficile d’imaginer qu’elle n’était qu’une chasseuse de plus à Beacon Hills. Une chasseuse douée, ceci dit, et globalement dénuée de scrupules. De ce fait, elle estimait être un ennemi bien plus conséquent que ses pairs.

Quoi qu’il en soit, Drathir se permit une mine plus réjouie, plus séductrice aussi, quand elle capta le regard brun sur elle, ces prunelles qui glissaient le long de sa silhouette, dégringolant le long de ses formes pour remonter de la même façon, s’ancrant finalement dans ses propres yeux à elle. Entre deux gorgées de bière, Peter daigna alors reprendre ce petit jeu qu’elle avait d’instinct entamé en le voyant arriver, pour cela il se permit de la complimenter, c’était pas trop tôt d’ailleurs, affirmant qu’il était bien plus agréable de la côtoyer en dehors d’un hôpital psychiatrique. La réponse de la chasseuse fuse aussitôt, accompagnée d’un sourire provocant et d’une lueur toute aussi hautaine au fond des yeux : « Et encore, tu ne m’as pas vu nue. Comme pour accentuer ses propos, ou tout du moins titiller l’intérêt de son interlocuteur, la jeune femme croisa les jambes avant de ramener sa bière à ses lèvres, la finissant dans une dernière gorgée, pour finalement la reposer à ses côtés. L’espace de quelques secondes, elle laissa le silence s’installer, se contentant de vriller ses yeux d’émeraudes dans ceux, bleutés, de son compagnon du moment, comme si elle tentait de le déchiffrer juste en un coup d’œil. Cela était bien évidemment vain mais, étrangement, cela lui plaisait de juste se perdre dans le regard de son interlocuteur, ce simple geste ayant le don de la plonger dans une agréable méditation, particulièrement productive qui plus est. Secouant légèrement la tête afin de revenir à la réalité, la blonde délaissa alors son siège de fortune, retrouvant souplement le sol. Le simple fait de quitter la table de billard pour se camper sur ses jambes avait suffi pour qu’elle se retrouve proche de Peter. La proximité n’était toutefois pas le moins du monde un problème à ses yeux, au contraire elle se complaisait dans cette provocation et ce dans toutes les formes qu’elle pouvait revêtir. La différence de taille entre eux ne la gêna pas plus que ça également, appréciant au contraire de devoir redresser le menton, ô combien fière, pour soutenir son regard. Elle ne baissait jamais les yeux. Sourire aux lèvres, elle s’empara finalement de la queue de billard qu’elle avait délaissée sur le côté, la ramenant entre leurs deux corps, s’amusant à la faire tournoyer entre ses doigts. Ce fut à ce moment-là qu’elle daigna reprendre la parole, questionnant l’oméga : Dis moi Peter… Tu sais jouer avec les gens, mais est ce que tu sais jouer au billard ? Elle le défiait clairement et au final peu lui importait de savoir s’il s’agissait de sa spécialité ou non que déjà elle lui remettait la canne entre les mains, rajoutant dans un souffle. Épate-moi. » Elle lui tourne alors le dos, préférant récupérer les boules qu’elle avait elle-même déjà fait chuter, n’hésitant pas à se pencher sur la table pour ça, afin de les rassembler au milieu, entamant ainsi une nouvelle partie. Et déjà elle se préparait mentalement à la défaite, envisageant cette possibilité, peu désireuse de laisser entrevoir son habituelle colère si jamais elle venait à perdre. Chose que, bien évidemment, elle détestait.

copyright crackle bones
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « I missed you (pv Peter)   

Revenir en haut Aller en bas
 

« I missed you (pv Peter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» « I missed you (pv Peter)
» Trilogie Tintin : Steven Spielberg et Peter Jackson
» Peter Benoit - Jozef Cantré
» [Utton, Peter] La main de la sorcière
» James M. Barrie (1860 - 1937), le père de Peter Pan
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
THE DARK MOON :: BEACON HILLS :: North Beacon Hills :: Heaven's Night-
Sauter vers: